Prévoyance – 10 conseils pour votre pilier 3A

Dans le système fiscal Suisse, le pilier 3A fait partie intégrante des outils d’optimisation de la fiscalité d’un client. Plus communément appelé « le troisième pilier », il s’agit d’une solution pour combler initialement des lacunes de prévoyance en cas d’invalidité, de décès et à l’âge de la retraite. Cette solution de prévoyance n’est disponible que pour les personnes exerçant une activité lucrative. Le système du pilier 3A est très simple : les salariés et indépendants prélèvent une partie de leur revenu soumis aux impôts pour la verser auprès d’une institution compétente (assurance et/ou banque) en vue de combler des lacunes de prévoyance. Ces cotisations sont ensuite déductibles du revenu et également taxées à l’échéance ou la perception d’une prestation.

Toute personne souhaitant optimiser sa prévoyance à l’aide du pilier 3A aura la possibilité de gagner plus d’argent avec ces 10 conseils !

 

 

1. Prioriser les cotisations

 

Le premier conseil est de maximiser les cotisations dans le troisième pilier. De cette manière, vous aurez la possibilité d’optimiser votre prévoyance retraite tout en réduisant de manière considérable la charge fiscale correspondante.

En 2020, le montant maximal du versement pour les personnes actives reliées à une caisse de pension s’élève à 6’826 francs. En revanche, les personnes actives n’étant pas affiliées à une caisse de pension ne peuvent verser que 20% de leurs revenus nets. De plus, le plafond des versements est fixé à 34’128 francs.

Prenons l’exemple d’une personne célibataire, vivant à Lausanne, avec un revenu de 70’000 francs par année. Si cette personne cotise 6’826.- dans son pilier 3A, elle bénéficie ainsi chaque année d’une réduction d’impôt de 1’816 francs. Ce montant varie en fonction du revenu et du domicile de la personne concernée. Découvrez également notre articles sur les déductions fiscales avec le 3A et le 3B.

 

 

2. Continuer à verser de l’argent même après avoir atteint l’âge de la retraite

 

En Suisse l’âge de la retraite est fixé à 65 ans pour les hommes et 64 ans pour les femmes. Cependant, dans le cas où une personne continuerait une activité lucrative après l’âge légal de la retraite, celle-ci pourrait continuer à verser des cotisations au pilier 3A encore pendant 5 ans (70 ans pour les hommes et 69 ans pour les femmes).

Sachant que la durée d’un placement est un facteur décisif dans l’accroissement de la fortune, pourvoir gagner 5 ans de cotisations supplémentaires offre généralement un gain conséquent sur les dernières années.

 

 

3. Favoriser un troisième pilier avec des titres

 

A cause du taux d’intérêt des comptes 3A appliqué par les banques qui est quasi inexistant, la seule manière pour un titulaire d’un compte 3A de voir augmenter son capital de façon croissante est de d’investir sur des titres. Choisir un compte 3A avec des titres permet d’obtenir un rendement optimal à condition de respecter les durées recommandées et son profil investisseur. Pour être certain de choisir la bonne solution, déterminez préalablement votre profil d’investisseur en sollicitant votre conseiller de chez Swiss Keys Management SA.

 

 

4. Choisir une solution avec le minimum de frais

 

Pour un compte 3A avec des titres, les frais peuvent être élevés et impacter directement sur le rendement. Pour baisser ces frais, il est également possible de gérer de manière passive des solutions individuelles composées de titres.

Une simple observation permet rapidement de confirmer que le montant des frais accumulés pendant l’année représente une baisse du rendement considérable. Il est donc important de choisir une solution qui garantit des frais de gestion le plus faible possible.

 

 

5. Projeter les placements et ce même après la retraite

 

Son capital de prévoyance vieillesse peut être réclamée à la prise de la retraite. Cependant, il est également possible de différer la perception de son capital même après l’âge de la retraite. Pour cela, les titres issus de la prévoyance 3A seront transférés sur un dépôt de titres privés. Ainsi, cette opération permettra donc au titulaire de ces derniers de les vendre au moment le plus propice et même de profiter de bénéfices supplémentaires si les marchés sont haussiers.

 

 

6. Jouer sur les différents taux d’intérêts

 

Lorsque vous optez pour une solution garantie auprès d’une banque, celle-ci vous offre un taux d’intérêt fixe pour une certaine durée. Cependant, sachez que le taux proposé au début du contrat va régulièrement varier dans le temps. En effet, les taux d’intérêts entre les différents prestataires varient sans cesse et les différences peuvent être considérables sur le long terme. Etant donné qu’il est possible de transférer vos avoirs du pilier 3A d’une banque à l’autre sans frais à tout moment, ne vous privez pas d’opter régulièrement pour la meilleure offre du moment.

 

 

7. Utiliser le bon outil selon son objectif…

 

Il existe deux types de contrats pour son 3A. Soit celui-ci est souscrit dans une compagnie d’assurance, soit il est souscrit dans une banque. Nous ne pouvons pas dire que l’un est meilleur que l’autre, cependant ils répondent chacun à des objectifs différents. Le 3A en assurance sera par exemple adapté à des besoins de couverture pour de l’invalidité et du décès en plus de la capitalisation alors que le 3A en banque sera plus adapté à la création de fonds propres en vue d’un achat immobilier. Chacune de ces deux solutions offrent donc des avantages et inconvénients selon sa situation. Si son budget le permet, il est également possible et quelques fois recommandé de souscrire aux deux solutions en même temps. Ainsi vous pourrez tirer parti de leurs combinaisons et établir la bonne stratégie selon vos objectifs.

 

 

8. Alterner les retraits

 

Il est important de savoir que montant du retrait effectué sur son compte 3A est taxé de façon exponentielle. C’est-à-dire que plus le montant retiré de son compte 3A est important, plus la charge fiscale le sera aussi ! Pour cette raison, lorsqu’il est possible, nous vous encourageons à multiplier vos retraits au lieu de retirer tous vos capitaux de prévoyance en une seule fois. Ainsi, vous diminuez la charge fiscale de cette opération avec plusieurs milliers de francs d’économies à la clé. La taxation lors du retrait d’un compte 3A varie sensiblement d‘un canton à un autre et des retraits multiples peuvent quelques fois s’avérer inutile. Nous vous conseillons donc de faire préalablement le point avec votre conseiller de chez Swiss Keys Management SA pour vous assurer d’obtenir vos économies fiscales.

 

 

9. Posséder plusieurs piliers

 

Comme il faut échelonner les retraits, posséder plusieurs comptes 3A est une excellente alternative pour y parvenir. Tout d’abord, il faut savoir que lorsque le titulaire d’un compte 3A veut fermer un compte, il doit retirer la totalité du montant qui s’y trouve. Donc en répartissant les versements sur plusieurs comptes 3A, le titulaire baissera également le montant des impôts relatifs aux retraits des avoirs de prévoyance en pouvant ainsi les échelonner.

 

 

10. Retirer les avoirs 3A avant de les reverser dans la caisse de pension

 

Les avoirs du compte 3A peuvent également être reversés dans votre caisse de pension. Pour réaliser cette opération, la plupart des gens effectuent directement le transfert de l’un à l’autre. Cependant, ils ne savent pas que l’économie fiscale liée à un rachat d’année dans la caisse de pension est généralement supérieure à l’impôt à payer pour le retrait des avoirs 3A. C’est pour cette raison qu’il est préférable de retirer les avoirs du pilier 3A plus tôt et de les verser ensuite dans sa caisse de pension. Ainsi, le capital 3A sera effectivement taxé au moment du retrait mais lors du rachat dans la caisse de pension, l’économie d’impôt sera plus intéressante. Cette opération nécessite également une analyse préalable de la situation avant d’être menée à bien. Raison pour laquelle, nous vous encourageons également à contacter votre conseiller de chez Swiss Keys Management SA pour bénéficier gratuitement d’une analyse de la situation.

 

 

En conclusion :

 

En plus de ces 10 conseils, différents facteurs peuvent également intervenir dans l’optimisation de sa prévoyance privée. Il est donc toujours préférable de demander des conseils à une société neutre et indépendante pour s’assurer une analyse pertinente de sa situation. En Suisse, beaucoup d’acteurs sont présents sur le marché de la prévoyance et malheureusement certains prestataires ne sont pas toujours en mesure de fournir un conseil neutre et de qualité à leurs clients. En effet, en admettant que vous vous rendiez auprès de la compagnie X pour obtenir un renseignement sur une solution de prévoyance, soyez certain que cette dernière ne vous dira pas que la solution de la compagnie Y est plus intéressante dans votre situation. Prenez donc le temps d’analyser les différentes propositions que vous recevez et surtout sollicitez une société neutre et indépendante qui bénéficie d’une solide réputation. Vous avez des questions sur l’optimisation de votre prévoyance ? Alors contactez-nous sans plus attendre !

 

Je souhaite obtenir plus d’infos