Le 2ème pilier: Le système de pension en Suisse qui intervient avant le 3ème pilier

Le système de retraite en Suisse comprend trois composantes générales: un 1er pilier de pension (régime public de base de vieillesse et de survivants), des pensions professionnelles obligatoires du 2ème pilier et des pensions privées (volontaires) (3ème pilier). Le système obligatoire du second pilier signifie que la Suisse est l’un des rares pays où les trois piliers contribuent à parts presque égales au revenu de votre assurance retraite suisse.

Pensions publiques

L’assurance vieillesse et survivants (AVS) est le 1er pilier du réseau suisse d’assurances sociales et vise à couvrir les besoins essentiels des retraités. Le pilier public national (fédéral) a été introduit en 1948 et a absorbé les systèmes cantonaux préexistants (dont certains remontent à 1904). Des pensions d’invalidité ont été proposées en 1960.

L’AVS est obligatoire et principalement financé par répartition. Depuis 1999, l’AVS est également partiellement subventionnée par les recettes de la TVA. Le plan couvre toutes les personnes domiciliées en Suisse ainsi que les personnes exerçant une activité lucrative.

Une personne a droit à une rente AVS dès que les cotisations ont été payées pour une année complète. Les hommes sont éligibles à partir de 65 ans et les femmes à partir de 64 ans. Les prestations exactes dépendent des années de cotisations et du revenu moyen relatif pendant la période d’assurance. Une pension complète est versée si la personne a cotisé au régime pendant le même nombre d’années que les autres personnes nées la même année. Si la personne n’a pas cotisé au régime pendant toute la période, une pension proportionnelle peut être perçue. Si la pension complète ne peut être perçue, une solution pour compenser est de faire une assurance vie (paiements de votre épargne en 3ème pilier).

Une pension peut être perçue avant d’atteindre l’âge officiel de la retraite, mais la pension versée est ajustée en conséquence (entre 3,4% et 6,8% pour chaque année où la pension est versée de manière anticipée) Une pension peut être perçue après l’âge de la retraite d’un à cinq ans. Le montant versé augmente de 5,2% à 31,5% en fonction du nombre de mois de report de paiement.

Prévoyance professionnelle

Le deuxième volet du système de pensions suisse (Loi sur la Prévoyance Professionnelle / LPP) est basé sur le lieu de travail et obligatoire.

Les salariés dont le salaire annuel dépasse CHF 21’330.- chez le même employeur sont tenus d’adhérer au régime de retraite obligatoire en vertu de la loi sur les prestations professionnelles (LPP), bien que ce soit volontaire pour les travailleurs indépendants et ceux qui ne remplissent pas les conditions requises en termes de rémunération. Le système stipule un niveau minimum de prestations à fournir par tous les employeurs, mais le mélange de caractéristiques obligatoires / volontaires du système peut être vu dans le fait que de nombreux grands employeurs offrent des prestations qui vont bien au-delà du minimum prescrit.

Selon l’âge de l’assuré, le taux de cotisation varie entre 7% et 18% pour des revenus entre CHF 22’575 et CHF 77’400. Les contributions totales augmentent avec l’âge. Le régime d’assurance peut être géré par un fonds de pension d’entreprise, public ou privé. Les contributions des employés doivent au moins correspondre à celles de l’employé. Les régimes de retraite des entreprises peuvent fixer des conditions générales supérieures à ces minimums, et la plupart offrent des avantages obligatoires comme moyen d’attirer et de retenir des personnes qualifiées sur un marché du travail qui a connu une pénurie persistante de personnel qualifié.

Traitement fiscal des cotisations et ses avantages

Les cotisations des employés et des employeurs réguliers sont déductibles d’impôt. Les cotisations patronales spéciales supérieures à la cotisation annuelle normale sont également déductibles d’impôt. La mesure dans laquelle ces contributions supplémentaires sont possibles dépend des circonstances réelles, avec cinq fois la contribution régulière comme chiffre de référence.

Les employés qui adhèrent à un régime d’une assurance retraite suisse sans ou avec très peu d’avantages accumulés au cours de leur emploi précédent sont autorisés à payer des cotisations supplémentaires pour combler cet écart dans la couverture antérieure. La fondation elle-même est une organisation exonérée d’impôt et ne paie pas d’impôt sur ses revenus de placement. Les cotisations patronales ne sont pas considérées comme un revenu imposable pour l’employé. Les prestations sont imposées comme un revenu normal et les prestations forfaitaires sont imposées à des taux réduits.

Les prestations sont normalement versées sous forme de rente. Il est possible de percevoir une pension avant d’atteindre l’âge de la retraite si la réglementation de la caisse de pension le permet. Des prestations de décès et d’invalidité sont également fournies. L’acquisition intégrale et la portabilité immédiates sont nécessaires et l’indexation, bien que non requise par la loi, est répandue. Une assurance retraite suisse n’est donc pas une mince affaire et i lest souvent utile de faire appel à un conseiller financier spécialisé pour planifier correctement votre retraite.

Réglementation des investissements

Le régime professionnel obligatoire exige certaines prestations de retraite minimales basées sur un taux d’intérêt garanti de 2,75%. Conformément à cette approche, les régimes complémentaires à cotisations définies (CD) volontaires définissent presque toujours un taux d’intérêt cible. L’assurance vie, couplée à un 3ème pilier, est un autre outil d’investissement pour préparer votre retraite.

Consultez gratuitement un conseiller financier Swiss KeysSM et ayez une meilleure idée de la planification financière qui vous aidera à réaliser vos rêves.

Contactez-nous